Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Etat d'urgence, état policier : urgence de la lutte !

À l'appel d'une trentaine d'organisations syndicales, associatives et politiques

Nous ne céderons pas, stop à l'état d'urgence !

Manifestation

Samedi 30 janvier à 14h

Arnaud Bernard >>> Saint-Cyprien

A l’occasion de notre précédente Commission exécutive (4 décembre) nous avions adopté une déclaration pour défendre les libertés individuelles et syndicales et par laquelle nous appelions à la résistance face au risque sécuritaire qui faisait suite aux attentats de novembre dernier en région parisienne.

Aujourd’hui, à peine cinq semaines plus tard la situation politique et sociale s’est profondément dégradée dans notre pays.

En effet depuis le début du mois de décembre nous avons pu assister à la poursuite de la progression de l’extrême droite, à l’occasion des élections régionales ou le parti frontiste est arrivé en tête au premier tour dans 6 régions sur 13 et dans 46 départements sur 96 en métropole.

Le gouvernement et son premier ministre avaient pourtant fait de la lutte contre le front national une de ses priorités.

Le désaveu est cinglant et l’abstention croissante est le signe évident d’une désaffection pour les politiques toujours plus agressives en direction des classes populaires et dans la continuité de la précédente mandature : poursuite de la casse des services publics (santé, éducation, action sociale, culture…) et attaques généralisées contre le monde du travail.

Les dernières semaines ont aussi été l’occasion d’un débat effrayant quant à la volonté tenace du président et de son premier ministre de faire adopter une modification constitutionnelle pour y graver des principes aussi inquiétants que la déchéance de nationalité ou bien encore un état d’urgence quasi permanent, synonyme d’état policier. Le premier ministre a pu reprocher à ceux qui le critiquent de « faire le jeu du front national ». Une chose est sûre, lui n’en fait pas le jeu, il se contente d’appliquer point par point son programme.

C’est dans ce contexte de criminalisation de toute une partie de la population et particulièrement des quartiers populaires et des militants syndicaux et associatifs que la Cgt Éduc’action 31, réunie en Assemblée générale ce mercredi 13 janvier 2016 à Toulouse décide de se joindre à l’appel initié par de nombreuses organisations et appelle l’ensemble des citoyens à s’y joindre à signer la pétition et à prendre part aux initiatives en cours et à venir pour dénoncer et combattre cette dérive liberticide contre la République.

Pour nous, c’est définitivement non !

non au projet de déchéance de la nationalité,

non à une démocratie sous état d’urgence,

non à une réforme constitutionnelle imposée sans débat, en exploitant l’effroi légitime suscité par les attentats.

Nous n’acceptons pas la gouvernance de la peur, celle qui n’offre aucune sécurité mais qui assurément permet de violer nos principes les plus essentiels.

Notre rejet est absolu. Nous appelons tous ceux et celles qui partagent une autre idée de la France à le manifester.

Commission exécutive de la CGT Educ'action 31, Toulouse,  le 13 janvier 2016

Tag(s) : #Mobilisations, #Interpro, #Vie syndicale et elections professionnelles