Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Revalorisation des enseignants... Enfin ! Mais gare aux trompe-l'oeil...

Le Ministère communique à grand renfort de publicité sur la revalorisation des rémunérations des personnels enseignants, d’éducation et psychologues qui devrait s'échelonner du 1er janvier 2017 au 1er janvier 2020.

Mais qu’en est-il en réalité ?

La Ministre, dans son adresse aux personnels, mentionne :

1. « Désormais, les carrières seront mieux rémunérées et mieux accompagnées. Nous revoyons ainsi tous les échelons de la grille afin que tous les enseignants, de leur recrutement à la fin de leur carrière, en voient les bénéfices. Cet effort, conduit dans le cadre du protocole Parcours professionnels, carrières et rémunérations de la fonction publique se déploiera sur les trois prochaines années : il se traduira concrètement dès le premier janvier 2017 et représentera au total un milliard d’euros, dont près de la moitié dès 2017. »

2. « L’avancement sera régulier et transparent. Cela nous permet de repenser l’évaluation des enseignants pour mettre en place une véritable politique de développement des compétences et de gestion des ressources humaines à l’échelle d’une carrière. Conseiller, accompagner, former les enseignants, reconnaître et valoriser leur parcours et leur engagement au service de l’École de la République, voilàquels doivent être nos objectifs. »

3. « Pour cela, ils bénéficieront de rendez-vous réguliers au cours de leur carrière, qui leur permettront de bénéficier de possibilités d’accélération dès la classe normale et d’accéder dans le déroulement normal de leur carrière à la hors-classe. À travers la création d’un troisième grade, la classe exceptionnelle, nous ouvrons par ailleurs de nouvelles perspectives pour reconnaître et valoriser leur parcours et leur engagement au cours de la carrière. »

Si ces annonces peuvent paraître intéressantes, la réalité en est tout autre !

En effet, après avoir étudié différentes situations de déroulement de carrière dans le nouveau contexte proposé (voir ci-après), il s’avère que de nombreux personnels seront laissés sur le bord du chemin.

Pire, certains qui avaient jusqu’à présent un parcours de carrière au plus rapide, risquent de se trouver pénalisés avec le nouveau rythme d’avancement par échelon, même en ayant un indice de rémunération plus élevé. Le passage annoncé automatique au 2ème grade (Hors classe) ne sera possible qu’après avoir, au minimum, 2 ans d’ancienneté dans le 9ème échelon (actuellement, être au 7ème suffisait) et surtout, son intégration plus ou moins rapide restera toujours assujettie à la manière de servir au regard d’un rendez-vous carrière, non défini pour l’instant.

Quant à l’accès au 3ème grade (classe exceptionnelle), il ne sera réservé qu’à 10% de l’effectif d’un corps, dont 8% ayant rempli des fonctions ou missions particulières (Directeur d’école, DDFPT – ex Chef de travaux, formateur...).

En définitive, même s’il ne veut pas dire son nom, ce grade est un grade à accès fonctionnel, que la CGT a toujours combattu.

Pour toutes ces raisons, la CGT Éduc’action est opposée à ce nouveau cadre appelé à définir les rémunérations des personnels enseignants, d’éducation et psychologues. Elle demande que de véritables négociations PPCR soient mises en œuvre dans la fonction publique, afin que soit prise en compte la perte du pouvoir d’achat subie par les personnels depuis de nombreuses années, en revalorisant, en conséquence, la valeur du point d’indice (le point a décroché de près de 14% depuis 2000). Dans l’attente, elle demande le versement immédiat de 400 € à toutes et à tous. Elle revendique, l’intégration de l’ensemble des primes et indemnités dans le salaire de base.

Enfin, elle exige une totale déconnexion de la rémunération avec l’évaluation. Ainsi la subjectivité des évaluateurs, ne pourrait plus avoir d’incidence sur le déroulement de carrière d’un agent.

Conclusion :

La revalorisation tant vantée par le Ministère est très limitée.

Il n’y aura pas de réelle revalorisation des rémunérations des personnels enseignants, d’éducation et psychologues. Les seuls qui pourront éventuellement être concernés sont ceux qui bénéficieront d’une hypothétique intégration dans le 3ème grade (Classe exceptionnelle). Mais comme seulement 10% de l’effectif d’un corps pourra y accéder (dont 8% ayant rempli, pendant 8 ans minimum, des missions particulières ou ayant exercé en éducation prioritaire et seulement 2% pour les autres), on peut maintenant dire que l’immense majorité des personnels concernés ne sera pas revalorisée comme le prétend le Ministère. Voilà de quoi tempérer largement les annonces du Ministère!

Pour la CGT, ces nouvelles grilles de rémunérations qui mettent en place un 3ème grade à accès fonctionnel (GRAF) sont inacceptables.

Les grilles proposées continuent (dans une moindre proportion pour la classe normale) à lier la rémunération à l’évaluation, et sont loin de compenser les pertes de pouvoir d’achat subies par les personnels depuisde nombreuses années. Elles ne prennent pas non plus en compte le niveau de qualification exigé pour entrer dans le corps comme titulaire (BAC+5).

Pour mémoire, la CGT revendique une entrée dans la carrière avec une rémunération équivalente à 2 fois le SMIC pour se terminer à 2 fois la rémunération de début de carrière. Avec la nouvelle grille de la classe normale, un jeune collègue entrera dans la carrière avec une rémunération brute égale à 1,246 fois le SMIC actuel... Ce n’est surement pas comme cela que l’on va attirer nos jeunes dans la profession !

Cependant, les futurs retraités pourront prétendre à une pension calculée sur la base des nouveaux indices de fin de carrière (seul point positif à nos yeux).

Lisez et diffusez l'analyse complète de nos élus nationaux.

Comparez votre évolution salariale entre l'ancienne grille et la celle proposée par le gouvernement.

Tag(s) : #Actualités-actions Education, #Carrières : mutations - concours...