Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

COMMUNIQUE DE PRESSE de la CGT Educ'Action

États généraux : l’imposture prévisible !



Les déclarations de Luc Chatel à l’issue des États généraux sur la sécurité à l’école qui se sont tenus à la Sorbonne (Paris), les 7 et 8 avril derniers, sont bien la preuve de l’imposture qu’ils constituaient. La CGT Éduc’action se félicite de ne pas avoir participé à cette mascarade.

En effet, on ne peut dissocier les questions de sécurité à l'école de la politique de recrutement et de formation de l'Éducation nationale.

Le dogme du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite (qui reste la pierre angulaire de la politique gouvernementale) génère des suppressions de postes qui rendront difficiles, voire impossible, la mise en œuvre de certaines des propositions préconisées par les spécialistes présents (davantage d’adultes à l’école…).

Une fois de plus, le ministre traite par le mépris et la provocation les justes revendications des personnels  quand il parle d’améliorer la formation des jeunes profs : celle-ci est proprement sacrifiée dès la rentrée prochaine.

En fait, ces États généraux se sont réduits à des effets d’annonce déjà connus.
En effet, il s’agit bien de la poursuite de la mise en place d’une politique sécuritaire comme le montre, par exemple, le doublement des équipes mobiles de sécurité alors qu’elles sont loin d’avoir fait la preuve de leur efficacité.
C’est aussi  le développement de l’autonomie des chefs d’établissement : ceux-ci pourraient choisir, dès la rentrée 2010, leurs personnels dans une centaine d’établissements considérés comme "difficiles". C’est une atteinte à la conception actuelle de l’Éducation nationale et ce n’est pas ainsi que l’on stabilisera les équipes pédagogiques.

Ce qu’il faut, c’est  davantage de personnels ayant reçu une formation de qualité dans tous les domaines (enseignement, éducation, santé, vie scolaire, orientation, action sociale) pour favoriser le vivre ensemble dans les établissements scolaires.

Montreuil, le 12 avril 2010